Foire aux questions

Vous êtes ici:///Foire aux questions
­

Consultez la page Sections locales de notre site Internet. Cliquez sur votre province ou territoire pour afficher une liste alphabétique des sections et dirigeants communautaires par ville/région.

La pétition accompagnée du poème « I went to a party Mom » qui circule par voie électronique n’est ni organisée, ni sanctionnée par MADD Canada.

Le fait que vous preniez le temps de vous renseigner à ce sujet nous donne à croire que vous voulez aider. Nous vous invitons à consulter notre site Internet pour apprendre comment participer aux activités vitales de MADD Canada. Si vous êtes un partisan, nous vous prions de songer également à offrir un don à MADD Canada.

Notre mission consiste à mettre fin à la conduite avec facultés affaiblies et venir en aide aux victimes de ce crime de violence. Merci de votre appui.

MADD Canada détient le droit d’auteur sur tout le matériel original publié sur son site Internet.

Ce matériel peut être utilisé à des fins personnelles, éducatives et publiques ainsi que dans le cadre d’activités sans but lucratif. Les utilisateurs de ce site peuvent imprimer une seule copie de ce matériel pour leur usage personnel à des fins de recherches ou d’apprentissage autonome comme le prévoient les lois canadiennes sur les droits d’auteur.

Il est permis de copier les pages à condition que les pages reproduites ne soient ni modifiées ni adaptées et que MADD Canada soit cité comme source. Toute référence à ce site Internet ou à une partie du site devrait se faire selon le protocole de citation bibliographique habituel et devrait comprendre le nom de l’auteur, la date, le titre (lorsque disponible) et l’adresse URL.

Outre les activités personnelles, éducatives, publiques et sans but lucratif, il est interdit de reproduire ce matériel sous quelque forme que ce soit sans l’autorisation du bureau national. Veuillez adresser toute demande d’affranchissement des droits d’auteur à cette adresse : info@madd.ca.

Le logo de MADD Canada est une marque de commerce déposée ; il est donc interdit de le reproduire sans autorisation. Veuillez adresser toute demande concernant l’utilisation du logo de MADD Canada au bureau national à cette adresse : info@madd.ca.

Communiquez avec le bureau national (info@madd.ca). Votre demande sera acheminée au directeur des services aux sections de votre région qui se fera un plaisir d’y donner suite.

MADD Canada a été constitué en 1990 dans le but de créer un réseau national de victimes et de citoyens consciencieux voués à mettre fin à la conduite avec facultés affaiblies et venir en aide aux victimes de ce crime de violence.

Les groupes provinciaux de lutte contre la conduite avec facultés affaiblies ont commencé à apparaître au Canada vers le début des années 1980. Ces groupes étaient composés de victimes qui tenaient à sensibiliser le public canadien aux tragédies humaines causées par la conduite avec facultés affaiblies. Parmi ces pionniers, citons Sally Gribble (dont le groupe britanno-colombien a obtenu une charte de section de MADD É.-U.), Gladys Armstrong et Pat Baril (PAID en Alberta), Margaret Taylor (CAID au Manitoba) et un groupe PRIDE en Ontario. Nous devons toute notre gratitude à ces personnes pour leur travail inlassable à l’appui des victimes de la conduite avec facultés affaiblies et du courage dont elles ont fait preuve pour améliorer leur collectivité.

Établi en Ontario au début des années 1980, PRIDE (People to Reduce Impaired Driving Everywhere) a joué un rôle de catalyseur, initiant un dialogue avec MADD É-.U. afin de devenir un organisme national canadien. Travaillant de concert avec d’autres membres de PRIDE, John Bates (membre originaire de PRIDE) a été le fer de lance aux négociations avec MADD qui ont mené à l’établissement de MADD Canada.

MADD Canada est constitué d’hommes, de femmes, et de jeunes de tous les horizons. La participation de toute personne qui souhaite nous aider à mettre fin à la conduite avec facultés affaiblies et venir en aide aux victimes est bienvenue et encouragée.

Non, MADD Canada croit que la décision de consommer de l’alcool est une affaire personnelle et que l’alcool au volant est une affaire de sécurité publique.

MADD Canada apprécie toujours les dons de temps et d’expertise. Le bénévolat s’avère également un excellent moyen de contribuer à l’amélioration de la sécurité de votre communauté. Nos sections et dirigeants communautaires ont toujours besoin de bénévoles pour la réalisation de programmes et d’événements communautaires.

Nous vous encourageons à appuyer la mission de MADD Canada en participant à nos programmes et nos campagnes de sensibilisation. Les dons et les dons planifiés contribuent également à faire une différence dans la vie des autres.

Pour tout savoir sur les différents moyens de faire du bénévolat ou pour savoir comment offrir un don sécurisé avec votre carte de crédit, veuillez consulter les sections Bénévolat et Don de ce site.

MADD Canada offre gratuitement des services, des ressources, et des références afin d’aider les victimes et leurs familles à composer avec les séquelles émotionnelles, légales, médicales, et financières de la conduite avec facultés affaiblies.

Pour MADD Canada, le terme « victime de la conduite avec facultés affaiblies » se rapporte à toute personne blessée ou touchée par un décès ou une blessure attribuable aux gestes d’un conducteur aux facultés affaiblies par l’alcool ou la drogue.

Si vous ou une connaissance avez été touché par la conduite avec facultés affaiblies, sachez que des services d’aide et de soutien sont disponibles.

Communiquez avec nous dès aujourd’hui :

  • Appelez notre ligne de soutien aux victimes/survivants au 1-877-392-6233.
  • Adressez un courriel à Marie Claude Morin à cette adresse : mcmorin@madd.ca

De plus amples renseignements sont disponibles dans la section Services aux victimes/survivants de ce site.

MADD Canada a formé plusieurs BSV aux quatre coins du pays afin d’offrir une aide à tous ceux qui ont été touchés par une tragédie imputable à la conduite avec facultés affaiblies. Nos BSV tendent la main aux victimes ; ils sont une épaule sur laquelle pleurer, une oreille attentive, et une véritable mine d’informations.
Voici un aperçu de ce que font la directrice des services aux victimes et les BSV :

  • Ils vous écoutent et vous permettent de raconter votre histoire aussi souvent que vous en sentez le besoin.
  • Ils vous renseignent au sujet des procédures pénales de votre communauté et, dans la mesure du possible, ils vous accompagnent en cours.
  • Ils vous renseignent au sujet des lois sur la conduite avec facultés affaiblies et des droits des victimes.
  • Ils suivent le déroulement du procès du défendeur.
  • Ils vous aident à préparer votre déclaration de la victime pour l’audience de détermination de la peine.
  • Ils vous aident à préparer vos déclarations pour les audiences de libération conditionnelle.

Lors d’une tragédie, nos paroles ont le pouvoir de soulager une âme en peine, tout comme elles peuvent la déchirer. Voici quelques conseils :

  • Évitez de minimiser la tragédie : « T’es chanceux que… », « Au moins vous avez d’autres enfants », ou « Je comprends parfaitement comment tu te sens ».
  • Évitez de minimiser les émotions ou de porter des jugements : « C’est le temps d’oublier ça et de recommencer à vivre », ou « As-tu enfin pardonné le contrevenant ? », « Bon, allons, ça fait six mois… ». Évitez également de changer de sujet lorsqu’ils parlent de leur chagrin.
  • Évitez de donner des conseils non sollicités : « Moi, à ta place, je… », « Tu devrais le poursuivre », ou « Lorsque mon cousin est mort, son père a… »

N’hésitez pas à dire « je suis navré ». Reconnaissez la profondeur de la souffrance. Soyez compatissant, montrez-lui que vous comprenez sa souffrance et que vous vous souciez sincèrement de lui. Dans le cas d’un décès, encouragez-le à parler de son être cher. Sachez également que la volonté d’écouter peut être mille fois plus utile que vos paroles. Pour en savoir plus sur les moyens d’offrir de l’aide, consultez nos brochures.

Pour en savoir davantage au sujet des services aux victimes de MADD Canada, consultez la section Services aux victimes/survivants de ce site, ou communiquez avec Gloria Appleby, Directrice des services aux victimes, au 1-800-665-6233, poste 222.

Si vous savez que votre voisin conduit avec les facultés affaiblies, c’est-à-dire que vous le voyez régulièrement arriver en auto lorsqu’il est manifestement intoxiqué, vous devriez communiquer avec le service de police de votre région. Donnez-leur autant d’information que possible : nom, adresse, marque et modèle du véhicule, numéro de plaque, etc. Vous pourriez également communiquer avec « Échec au crime » au 1-800-222-TIPS ou www.canadiancrimestoppers.org.

Si, lorsque vous conduisez, vous voyez quelqu’un qui semble conduire avec les facultés affaiblies, que ce soit votre voisin ou un autre, composez le 911. La conduite avec facultés affaiblies demeure la première cause criminelle de décès au Canada. Néanmoins, les collisions attribuables à la conduite avec facultés affaiblies sont entièrement évitables. En composant le 911 pour signaler les cas soupçonnés de conduite avec facultés affaiblies à la police, tous les Canadiens peuvent contribuer à la sécurité routière et à la réduction des collisions, des décès et des blessures attribuables à la conduite avec facultés affaiblies.

Bien que nous comprenions très bien à quel point il peut être difficile de dénoncer un membre de la famille à la police, c’est le seul moyen de signaler le crime de la conduite avec facultés affaiblies. MADD Canada, n’ayant aucune connaissance directe de la commission d’un crime, ne peut pas le signaler pour vous.

S’il s’agit d’un membre de la famille immédiate, vous pourriez en parler à son médecin de famille, puisque les médecins peuvent révoquer un permis de conduire lorsqu’ils sont de l’avis qu’un patient pose un risque pour lui-même ou pour les autres.

Vous pourriez également communiquer avec le ministère des Transports.

La décision de dénoncer un membre de la famille pour conduite avec facultés affaiblies n’est certes pas facile à prendre ; sachez cependant que la vie que vous sauvez pourrait fort bien être la leur. Consultez également notre livret intitulé « Un être cher conduit avec les facultés affaiblies ? Faits et conséquences » (PDF).

Votre frustration et vos craintes pour la sécurité de vos enfants sont tout à fait légitimes.

Toutefois, la police ne peut intervenir que lorsqu’une plainte a été portée (au moment de l’incident). Dès qu’une plainte est portée, ils peuvent essayer de le retrouver et de l’arrêter pour conduite avec les facultés affaiblies. Par ailleurs, lorsque la police est avisée de la situation (nom, véhicule, plaque, lieu de travail, horaire, résidence), elle peut émettre une alerte afin que les agents puissent rechercher la personne en question. Si l’individu est interpellé par la police et que ses facultés sont affaiblies, une condition d’abstention d’alcool pourrait lui être imposée (dans le cas d’une accusation criminelle). Par la suite, l’individu commet une infraction criminelle chaque fois qu’il consomme de l’alcool. CEPENDANT – la police doit avoir les informations nécessaires ! Vous devez les appeler chaque fois.

Si vous croyez qu’il conduit en état d’ébriété lorsque vos enfants sont dans la voiture ou lorsqu’il les ramène à la maison, vous pourriez également le signaler à la direction de la protection de la jeunesse puisque cela constitue un danger pour les enfants. Votre signalement pourrait notamment déclencher une enquête. Il importe de consigner tous les détails, y compris les dates et les heures auxquelles il vient chercher les enfants lorsque vous croyez qu’il est en état d’ébriété. Notez uniquement les faits, par exemple « il est arrivé à 18 h 40 le 6 juin, son haleine sentait l’alcool, il avait une démarche chancelante, et je craignais pour la sécurité de mes enfants ».

S’il vient chercher les enfants sous l’emprise de l’alcool, vous n’êtes pas tenu de lui permettre de partir avec eux, et ce, même s’il a droit de visite. Communiquez immédiatement avec la police.

Si vous êtes en pleine négociation pour la garde des enfants, assurez-vous que votre avocat sache que vous craignez pour la sécurité de vos enfants et demandez-lui d’inclure une condition d’abstention d’alcool dans votre entente.

Bien qu’il soit parfaitement naturel de craindre qu’il s’y prenne aux enfants si vous le dénoncez, le danger auquel sont exposés vos enfants si vous ne le faites pas est beaucoup plus inquiétant. Par ailleurs, si vos enfants ont plus de 10 ou 11 ans, ils sont assez vieux pour comprendre toutes les répercussions de ses gestes et les risques qu’il prend chaque fois qu’il les reconduit en état d’ébriété.

Vous pourriez également chercher des informations supplémentaires ou des groupes de soutien en communiquant avec Al-Anon/Alateen.

D’abord, félicitations à votre fils pour avoir choisi de ne pas conduire avec les facultés affaiblies. La majorité des parcs de stationnement et du stationnement de rue impose des limites de temps (de 2 à 14 heures). Il y a toujours possibilité d’une contravention après les délais prévus. Votre fils pourrait se présenter en cour pour contester la contravention en expliquant la situation, mais cela ne garantit absolument pas qu’il obtienne gain de cause. Malheureusement, MADD Canada n’a aucune autorité à ce titre et ne peut donc pas faire annuler la contravention.

Il peut être rassurant cependant de se rappeler que le coût d’un billet de stationnement est un rien comparé aux coûts légaux associés à la défense d’une accusation pour conduite avec facultés affaiblies, à une interdiction de conduite, et aux primes d’assurances majorées, sans oublier les vies qui ont possiblement été sauvées par le choix de ne pas conduire en état d’ébriété.

Un programme 911 bien géré entraîne en moyenne une augmentation de 30 % du taux d’arrestation pour conduite avec facultés affaiblies. Nous voyons de plus en plus d’arrestations pour conduite avec facultés affaiblies par suite aux appels de citoyens soucieux. Malheureusement, les policiers ne peuvent pas donner suite à chaque appel. S’ils ont déjà été dépêchés sur les lieux d’une autre urgence, il y a de grandes chances que votre chauffard ne soit plus sur la route avant que la police ne puisse intervenir. De manière générale, les taux de réponse des services de police sont très élevés et nous vous encourageons à continuer à composer le 911 pour signaler les cas soupçonnés de conduite avec facultés affaiblies. Outre leurs interventions sur la route, il arrive parfois que les agents de police communiquent avec les individus signalés, soit par téléphone ou en personne à leur résidence, pour les aviser qu’ils ont fait l’objet d’un signalement et les encourager à modifier leurs habitudes.

Si vous ne trouvez pas la réponse à votre question, n’hésitez surtout pas à communiquer avec MADD Canada pour demander un complément d’information : (info@madd.ca).

**Le générique masculin est utilisé dans le seul but d’alléger la lecture du texte et s’applique autant pour le féminin que pour le masculin.

MADD Canada reconnait les dangers que comportent les distractions au volant et la difficulté d’éduquer la population à ce sujet afin de modifier leurs comportements à risque. Bien que nous soyons en accord avec toute mesure visant à améliorer la sécurité routière, notre mandat est très spécifique et notre mission est de mettre fin à la conduite avec facultés affaiblies et de venir en aide aux victimes de ce crime violent.

Bien qu’il existe présentement une certaine perception que le problème de la conduite avec facultés affaiblies a été réglé, les statistiques démontrent que la réalité est toute autre. La conduite avec facultés affaiblies demeure la principale cause criminelle de décès, entraînant la mort de 1 250 à 1 500 personnes par année. Qui plus est, 63 000 personnes sont blessées dans des collisions attribuables à la conduite avec facultés affaiblies chaque année.

Nous comprenons que beaucoup de gens sont inquiets au sujet des distractions au volant et veulent aider à éliminer ces comportements dangereux sur notre réseau routier. Nous les encourageons à contacter leurs députés fédéral et provincial à ce sujet et à insister pour que cette problématique soit prise en compte par les législateurs. Qui plus est, il existe des organisations dont le mandat inclut les distractions au volant et qui font un excellent travail pour trouver des solutions concrètes. Au niveau national, les organisations qui ont entrepris de faire de la sensibilisation, de l’éducation et d’autres projets au sujet des distractions au volant incluent l’Association canadienne des automobilistes (CAA), le Comité canadien pour la sécurité routière mondiale, le Bureau d’assurance du Canada et Parachute Canada.

Nous croyons que cette pratique est inacceptable. Un chauffard aux facultés affaiblies pourrait profiter de ces renseignements pour éviter d’être arrêté. En permettant aux chauffards de rester sur la route, on augmente le risque qu’ils causent une collision qui pourrait tuer ou blesser quelqu’un. Les gens ne réalisent pas nécessairement l’ampleur des conséquences. Ils peuvent penser qu’ils aident les conducteurs sobres à éviter de perdre une minute ou deux au contrôle?; ce qu’ils ignorent toutefois est que leur message peut être lu aussi facilement par une personne ivre que par une personne sobre. Si c’est une personne ivre, le message peut lui permettre d’éviter d’être interpellée et de continuer à conduire avec les facultés affaiblies. Est-ce le genre de conducteur que vous voulez sur la route avec vous?? Les contrôles routiers ne prennent pas plus qu’une minute ou deux?; ils contribuent à la sécurité routière et au retrait des chauffards aux facultés affaiblies de nos routes.