rbt_frLa conduite avec les facultés affaiblies est un problème sérieux et persistant au Canada. Presque chaque jour, les actualités annoncent un méfait associé à la conduite avec les facultés affaiblies. Il arrive parfois que le conducteur soit intercepté et accusé avant qu’un incident effroyable ne survienne. Malheureusement, trop souvent, on annonce la tragique nouvelle qu’un autre individu a été tué ou blessé par un conducteur aux facultés affaiblies par l’alcool.

Chaque année, la conduite avec facultés affaiblies cause entre 1 250 et 1 500 décès et près de 64 000 blessures (estimation basée sur les statistiques de 2010).

Le Canada a présentement l’occasion de mettre en œuvre une mesure contre la conduite avec facultés affaiblies qui sauvera des centaines de vies et préviendra des milliers de blessures chaque année.

Les alcootests aléatoires sont des tests effectués en bordure de la route pour dépister les conducteurs aux facultés affaiblies par l’alcool. On les utilise surtout dans des barrages routiers stationnaires où l’on exige que chaque conducteur s’arrête et fournisse un échantillon d’haleine. Les conducteurs demeurent dans leur véhicule et le processus est systématique, rapide et cause des délais négligeables pour les conducteurs sobres.

Les alcootests aléatoires sont généralement reconnus comme un des moyens les plus efficaces pour dissuader la conduite avec facultés affaiblies. Ils ont été adoptés en Nouvelle-Zélande, en Australie et dans la plupart des pays européens et contribuent à réduire le nombre de collisions et de décès sur les routes.

Les alcootests aléatoires sont nécessaires au Canada pour dissuader les gens qui continuent à mettre la vie des autres en péril en conduisant avec les facultés affaiblies.

La loi actuelle sur le dépistage des personnes aux facultés affaiblies ne constitue pas une mesure dissuasive efficace contre la conduite avec facultés affaiblies. Selon la loi en vigueur, les policiers ne peuvent exiger un échantillon d’haleine en bordure de la route que s’ils ont un doute raisonnable de soupçonner qu’un conducteur a consommé de l’alcool. Ils doivent se fier à des indices de comportement et à leurs observations. Toutefois, les conducteurs ne démontrent pas toujours des signes évidents d’intoxication, tout particulièrement s’ils boivent avant de conduire de façon systématique. Par conséquent, la majorité des conducteurs qui boivent et qui choisissent de conduire ne sont pas détectés aux barrages routiers. Les données indiquent qu’une personne aurait à conduire avec les facultés affaiblies, en moyenne, une fois par semaine, à toutes les semaines, pendant plus de 3 ans avant d’être accusée de conduite avec les facultés affaiblies, et pendant plus de 6 ans avant d’être reconnue coupable.

Il est temps de mettre en œuvre cette mesure contre la conduite avec facultés affaiblies au Canada pour que nous puissions réduire les morts et blessures causées par la conduite avec facultés affaiblies sur nos routes.

MADD Canada demande au gouvernement du Canada de promulguer une législation sur les alcootests aléatoires.

Pour plus d’information sur les alcootests aléatoires, voir les liens suivants