Les jeunes et la conduite avec facultés affaiblies

Les collisions d’automobiles demeurent la première cause de décès chez les adolescents.

Les statistiques sur les collisions de la route et les collisions liées à l’alcool chez les jeunes sont particulièrement troublantes.

  • Parmi tous les groupes d’âge, les jeunes affichent les taux les plus élevés (par habitant) de décès et de blessures de la route, ainsi que le taux le plus élevé de décès par kilomètre parcouru parmi tous les conducteurs de moins de 75 ans. De tous les groupes d’âges, ce sont les personnes âgées de 19 ans qui sont le plus souvent tuées ou grièvement blessées.
  • Les collisions de la route sont la principale cause de décès chez les jeunes de 16 à 25 ans, et l’alcool et/ou les drogues sont en cause dans 55 % des cas.
  • En 2009, les jeunes âgés de 16 à 25 ans ne représentaient que 13,7 % de la population canadienne, mais ils représentaient 31,1% des décès de la route liés à l’alcool.

Les études révèlent les deux principales raisons pour lesquelles les jeunes conducteurs sont surreprésentés au chapitre des collisions de la route : le manque d’expérience et le manque de maturité. Bien que les jeunes soient moins susceptibles de conduire avec les facultés affaiblies, le risque de collision parmi ceux qui le font est très élevé.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter « Les jeunes et la conduite avec facultés affaiblies : possibilités de progrès » (PDF)

Caractéristiques du problème de la conduite avec facultés affaiblies chez les jeunes

Ados plus âgés : Parmi tous les jeunes conducteurs consommateurs d’alcool tués ou grièvement blessés, les jeunes âgés de 16 ans représentent la plus petite proportion. Les jeunes âgés de 19 ans représentent la plus grande proportion.

Hommes : 87 % des jeunes conducteurs consommateurs d’alcool mortellement blessés et 89 % des conducteurs grièvement blessés sont de sexe masculin.

Été : Les jeunes conducteurs consommateurs d’alcool sont plus susceptibles d’être tués ou blessés pendant l’été (32,4 % et 40,8 % respectivement). Ils sont moins susceptibles d’être tués ou blessés pendant l’hiver (8 % et 11,4 % respectivement).

Fins de semaine : Un pourcentage élevé des jeunes conducteurs consommateurs d’alcool sont tués ou grièvement blessés pendant les fins de semaine.

Nuit : Une très grande majorité des jeunes conducteurs consommateurs d’alcool meurent ou sont grièvement blessés dans des collisions de nuit.

Automobiles : La majorité des jeunes conducteurs consommateurs d’alcool tués ou grièvement blessés conduisaient une automobile.

Collisions à un seul véhicule : Les jeunes conducteurs consommateurs d’alcool sont plus susceptibles d’être impliqués dans des collisions mettant en cause un seul véhicule.

Responsabilité : Dans près de deux tiers des collisions à plusieurs véhicules où l’alcool était un facteur, la responsabilité est imputée à l’adolescent mortellement blessé qui avait consommé de l’alcool, et non aux autres conducteurs.

Collisions : Les conducteurs avec un taux d’alcoolémie de 0,10 % sont 51 fois plus susceptibles d’être impliqués dans une collision mortelle que les conducteurs n’ayant pas consommé.

Programmes d’accès graduel à la conduite et tolérance zéro en matière d’alcool pour les jeunes conducteurs

La majorité des provinces et des territoires du Canada ont un programme d’accès graduel à la conduite (AGC) pour les jeunes conducteurs et les novices. Ces programmes permettent aux jeunes et aux novices d’acquérir une expérience de conduite tout en limitant un nombre de risques connus. Ils prévoient généralement une limite de zéro du taux d’alcoolémie, des restrictions sur la conduite de nuit et la conduite sur les autoroutes, et une limite du nombre de passagers.

Compte tenu du danger accru que pose l’alcool pour les jeunes conducteurs, plusieurs provinces ont soit déjà prolongé ou envisagent la prolongation de la durée de la tolérance zéro imposée à ces conducteurs (MADD Canada recommande qu’elle soit maintenue jusqu’à l’âge de 21 ans). Cette disposition demeure en vigueur jusqu’à l’âge prescrit, peu importe l’âge à laquelle le conducteur complète le programme d’AGC.

En vertu de leur manque d’expérience, les conducteurs novices sont d’ores et déjà en situation désavantageuse et la consommation d’alcool ne fait que porter atteinte à leur jugement. De manière générale, les jeunes conducteurs sont plus susceptibles de prendre des risques et d’être moins prudents que leurs homologues plus vieux et plus expérimentés. Par conséquent, même sans alcool, leur risque de collision est plus élevé. L’ajout de l’alcool à cette équation ne fait que mettre les jeunes considérablement plus à risque de décès que les conducteurs plus âgés avec des taux d’alcoolémie semblables.

La tolérance zéro est également un moyen reconnu de réprimer la conduite avec facultés affaiblies et les collisions chez les jeunes automobilistes. Une étude de la tolérance zéro imposée en Ontario fait état d’une réduction de 25 % du nombre d’étudiants masculins de la 11e et de la 12e année qui déclaraient avoir pris le volant après avoir consommé de l’alcool.

MADD Canada recommande vivement aux provinces et aux territoires d’aborder le problème de la conduite avec les facultés affaiblies par la drogue chez les jeunes et les conducteurs novices. Nous leur recommandons d’interdire la conduite avec des drogues dans l’organisme à toute personne de moins de 21 ans et durant les cinq premières années de conduite.

  • Canada sans drogue : Un site dédié à prévenir l’utilisation de drogues illicites et l’abus de médicaments d’ordonnance à l’intention des  jeunes Canadiens.
  • Project Virage