MADD Canada est fier d’annoncer son troisième Sondage national de MADD Canada sur la conduite après la consommation d’alcool, de cannabis ou de drogues.

Mémoire Ipsos – Sondage MADD Canada.

Pour lire le mémoire

Ce sondage, mené par Ipsos pour le compte de MADD Canada auprès de 3 000 Canadiens et Canadiennes âgés entre l’âge légal de conduire et 70 ans, portait sur leur consommation d’alcool, de cannabis et d’autres drogues ainsi que leur disposition à conduire même lorsqu’ils croient que leurs capacités sont affaiblies.

Bien que cette troisième édition du sondage national de MADD Canada ne révèle aucune augmentation ou réduction importante du taux global de conduite après la consommation, elle confirme toutefois la progression de la tendance à la hausse parmi les jeunes hommes.

  • Parmi les 71 % des conducteurs qui avaient consommé de l’alcool au cours des 30 jours précédents, 6 % ont conduit au moins une fois au cours des six mois précédents alors qu’ils pensaient que leurs capacités étaient affaiblies et 45 % de ces derniers avaient des passagers à bord. Jeunes hommes : 17 % ont conduit au moins une fois au cours des six mois précédents alors qu’ils pensaient que leurs capacités étaient affaiblies, dont 76 % avaient des passagers à bord.
  • Parmi les 30 % des conducteurs qui avaient consommé du cannabis au cours des 30 jours précédents, 11 % ont conduit au moins une fois au cours des six mois précédents alors qu’ils pensaient que leurs capacités étaient affaiblies et 55 % de ces derniers avaient des passagers à bord. Jeunes hommes : 41 % avaient consommé du cannabis au cours des 30 jours précédents, 16 % de ces derniers ont conduit au moins une fois au cours des six mois précédents alors qu’ils pensaient que leurs capacités étaient affaiblies, dont 69 % avaient des passagers à bord.
  • Parmi les 13 % des conducteurs qui avaient consommé une drogue illicite, un médicament (prescrit ou non) ou une autre substance à des fins récréatives ou pour les effets euphoriques au cours des 30 jours précédents, 18 % ont conduit au moins une fois au cours des six mois précédents alors qu’ils pensaient que leurs capacités étaient affaiblies et 58 % de ces derniers avaient des passagers à bord. Jeunes hommes : 22 % ont conduit au moins une fois au cours des six mois précédents après avoir consommé une drogue, un médicament ou une autre substance, 24 % de ces derniers ont conduit au moins une fois au cours des six mois précédents alors qu’ils pensaient que leurs capacités étaient affaiblies, dont 62 % avaient des passagers à bord.

*Il convient de noter que les données sur les jeunes hommes qui conduisent avec des passagers à bord (alors qu’ils pensent que leurs capacités sont affaiblies par les effets du cannabis, d’une drogue illégale, d’un médicament [prescrit ou non] ou d’une autre substance consommée à des fins récréatives ou pour les effets euphoriques) se fondent sur de très petits échantillons. Quoiqu’il en soit, un certain nombre d’hommes âgés de 18 à 34 ans (et d’autres) s’adonnent à ces comportements dangereux.

Les sondages nationaux de MADD font également état de la hausse constante de la proportion de conducteurs qui conduisent alors qu’ils croient que leurs capacités sont affaiblies parmi les ménages avec des enfants de moins de 18 ans. Par exemple, 11 % de ces répondants ont déclaré avoir conduit alors qu’ils pensaient que leurs capacités étaient affaiblies par l’alcool ; 16 % ont déclaré avoir conduit alors qu’ils pensaient que leurs capacités étaient affaiblies par le cannabis ; et 29 ont déclarés avoir conduit alors qu’ils pensaient que leurs capacités étaient affaiblies par une drogue illégale, un médicament (prescrit ou non) ou une autre substance consommée à des fins récréatives ou pour les effets euphoriques. À des fins de comparaison, ces proportions se chiffrent comme suit parmi la population générale : 8 % pour l’alcool, 11 % pour le cannabis et 19 % pour les autres drogues.

Lieux de consommation d’alcool, de cannabis et d’autres drogues Ce sondage cherchait également à savoir où les gens consomment de l’alcool, du cannabis, des drogues, des médicaments (prescrits ou non) ou d’autres substances à des fins récréatives ou pour les effets euphoriques. Survol de toutes les catégories :

  • Parmi ceux qui ont consommé de l’alcool au cours des 30 derniers jours et conduit alors qu’ils croyaient que leurs capacités étaient affaiblies, les principaux lieux de consommation sont les suivants : résidence d’un ami ou d’un membre de la famille (46 %), restaurant (40 %), à la maison (35 %) et bar (32 %).
  • Parmi ceux qui ont fumé ou vapoté du cannabis au cours des 30 derniers jours et conduit alors qu’ils croyaient que leurs capacités étaient affaiblies, les principaux lieux de consommation sont les suivants : à la maison (61 %), résidence d’un ami ou d’un membre de la famille (42 %), restaurant (29 %) et party (26 %).
  • Parmi ceux qui ont consommé une drogue illicite, un médicament (prescrit ou non) ou une autre substance à des fins récréatives ou pour les effets euphoriques au cours des 30 derniers jours et conduit alors qu’ils croyaient que leurs capacités étaient affaiblies, les principaux lieux de consommation sont les suivants : à la maison (59 %), restaurant (32 %), party (27 %) et résidence d’un ami ou d’un membre de la famille (26 %).

Idées fausses sur la gravité de la conduite avec les capacités affaiblies

Les gens continuent d’entretenir des idées fausses sur la gravité de la conduite sous l’effet de l’alcool ou du cannabis.

  • Trois Canadiens sur dix disent qu’il y a une énorme différence entre la conduite après la consommation d’alcool et la conduite après la consommation de cannabis.
  • Un répondant sur 10 dit qu’il « n’est pas grave » de conduire après avoir consommé quelques verres, du cannabis, une drogue illicite, un médicament (prescrit ou non) ou une autre substance à des fins récréatives ou pour les effets euphoriques.

Au sujet du Sondage

Ce sont quelques-uns des résultats compilés lors d’un sondage mené par Ipsos entre le 25 mai et le 10 juin 2022 au nom de MADD Canada. Pour ce sondage, un échantillonnage de 3 000 Canadiens de 18 à 70 ans possédant un permis de conduire ont été identifiés pour une entrevue en ligne. Des quotas et des pondérations ont été utilisés afin d’assurer que les participants reflètent la population canadienne en âge de consommer de l’alcool selon les paramètres de recensement. La précision des sondages en ligne d’Ipsos est mesurée en utilisant un intervalle de crédibilité. Dans ce cas-ci, le sondage est précis à ± 2.0 points de pourcentage, 19 fois sur 20, si tous les Canadiens de 18 à 70 ans avaient été sondés. L’intervalle de crédibilité sera plus grand parmi les sous-groupes de population. Tous les sondages par échantillonnage peuvent être sujet à d’autres sources d’erreurs, incluant mais ne se limitant pas à des erreurs de couverture ou de mesure.