MADD Canada est fière d’annoncer son premier Sondage national sur la conduite après la consommation d’alcool, de cannabis et de drogues illicites.

Ce sondage est le premier d’une série de sondages nationaux que MADD Canada mènera deux fois par année pour évaluer les comportements des Canadiens et Canadiennes en ce qui a trait à la conduite d’un véhicule après la consommation d’alcool, de cannabis ou de drogues illicites.  Le but de ces sondages est de compiler des données et de développer une base statistique au sujet de ces comportements pour identifier les tendances qui nous permettront de mieux prioriser les efforts de politique publique, de sensibilisation et d’éducation de MADD Canada.

Mémoire Ipsos – Sondage MADD Canada.

Pour lire le mémoire

Résultats du sondage national, juin 2021

Ce sondage a été mené par Ipsos pour le compte de MADD Canada auprès de Canadiens et Canadiennes âgés de 18 à 70 ans détenant un permis de conduire valide. Le sondage portait sur la consommation d’alcool, de cannabis et de drogues illicites (non prescrites) et cherchait notamment à savoir si les répondants avaient conduit un véhicule sachant que leurs capacités étaient affaiblies.

  • Parmi les 67 % des conducteurs qui ont consommé de l’alcool au cours des 30 derniers jours, un sur 10 (10 %) a conduit au moins une fois au cours des six derniers mois en sachant que leurs capacités étaient affaiblies et une légère majorité de ces derniers (53 %) transportaient des passagers.
  • Parmi les 28 % des conducteurs qui ont consommé du cannabis au cours des 30 derniers jours, deux sur 10 (19 %) ont conduit au moins une fois au cours des six derniers mois en sachant que leurs capacités étaient affaiblies et la vaste majorité de ces derniers (71 %) transportaient des passagers.
  • Parmi les 9 % des conducteurs qui ont consommé une drogue illicite non prescrite (stimulant, dépresseur, hallucinogène, opioïde, etc.) au cours des 30 derniers jours, trois sur 10 (29 %) ont conduit au moins une fois au cours des six derniers mois en sachant que leurs capacités étaient affaiblies et la vaste majorité de ces derniers (85 %) transportaient des passagers.

Susceptibilité accrue parmi les jeunes hommes

Les hommes âgés de 18 à 34 ans sont plus susceptibles de conduire après avoir consommé de l’alcool, du cannabis ou des drogues illicites.

  • Parmi ceux qui avaient consommé de l’alcool, près de deux sur dix (17 %) ont conduit alors qu’ils savaient que leurs capacités étaient affaiblies et une vaste majorité de ces derniers (72 %) transportaient des passagers.
  • Parmi ceux qui avaient consommé du cannabis, trois sur dix (30 %) ont conduit alors qu’ils savaient que leurs capacités étaient affaiblies et la majorité de ces derniers (64 %) transportaient des passagers.
  • Parmi ceux qui avaient consommé une drogue illicite, quatre sur dix (39 %) ont conduit alors qu’ils savaient que leurs capacités étaient affaiblies et la vaste majorité de ces derniers (87 %) transportaient des passagers.

Raisons les plus souvent citées pour justifier la conduite sous l’influence de l’alcool, du cannabis ou d’une drogue illicite

Les raisons citées par les répondants pour justifier la conduite après la consommation d’alcool, de cannabis ou de drogues illicites ne sont pas surprenantes mais elles sont frustrantes. Voici les trois raisons les plus souvent citées pour justifier la conduite d’un véhicule dans les deux heures après avoir consommé de l’alcool, dans les deux heures après avoir fumé ou vapoté du cannabis, dans les quatre heures après avoir ingéré du cannabis, ou dans les deux heures après avoir consommé une drogue illicite :

  • absence d’une sensation d’affaiblissement des capacités ;
  • courte distance à parcourir ;
  • impression d’être en mesure de conduire prudemment.

Fausses perceptions concernant la gravité de la conduite avec les capacités affaiblies

Le sondage indique également que certains conducteurs canadiens entretiennent un nombre de fausses perceptions et ont une attitude plutôt nonchalante à l’égard de la conduite avec les capacités affaiblies.

  • Trois conducteurs canadiens sur 10 (30 %) croient qu’il y a une énorme différence entre la conduite après la consommation d’alcool et la conduite après la consommation de cannabis.
  • Environ un conducteur sur dix pense qu’il « n’est pas grave » de conduire après quelques verres (15 %), après la consommation de cannabis (14 %) ou après la consommation d’une drogue illicite (10 %).
  • Il n’est donc pas surprenant d’apprendre qu’un quart de ces derniers ont pris place à bord d’un véhicule sachant que les capacités du conducteur étaient affaiblies (26 %) ou ont permis à un ami de conduire après avoir consommé de l’alcool sachant que c’était dangereux (23 %).

Au sujet de l’étude

Ce document présente un survol des résultats du sondage réalisé par Ipsos du 28 mai au 8 juin 2021 pour le compte de MADD Canada. Un échantillon de 3 002 Canadiens et Canadiennes âgés de 18 à 70 ans détenant un permis de conduire valide a été sondé en ligne. Des quotas et des pondérations ont été utilisés pour faire en sorte que la composition de l’échantillon reflète les caractéristiques de la population canadienne âgée de 18 à 70 ans (en âge de consommer) conformément aux données du dernier recensement. La précision des sondages Ipsos est mesurée au moyen d’un intervalle de crédibilité. Dans ce cas, les résultats sont fiables à ±2,0 points de pourcentage, 19 fois sur 20, pour la population générale de Canadiens et Canadiennes âgés de 18 à 70 ans (en âge de consommer). L’intervalle de crédibilité sera plus important au sein des sous-groupes de la population. Tous les sondages et toutes les enquêtes sur échantillons peuvent être sujets à d’autres sources d’erreur, notamment des erreurs de couverture et de mesure.