Lettre ouverte aux parents au sujet du programme scolaire de MADD CanadaBien que les élèves de la 7e et de la 8e année ne conduisent pas ou qu’ils n’aient pas encore nécessairement fait l’essai de l’alcool ou de la drogue, nous savons que l’éducation dès un jeune âge aide à les préparer à faire de bons choix face à des décisions difficiles. Il ne faut pas oublier non plus la possibilité qu’ils aient déjà été à bord d’un véhicule conduit par une personne sous l’emprise d’alcool ou de drogues ou qu’ils se soient retrouvés en présence de personnes qui en consommaient.

Nous croyons qu’il est important d’assurer que les jeunes connaissent toutes les options avant d’être confrontés à la décision de conduire avec les facultés affaiblies ou de monter en voiture avec une personne qui n’est pas en état de conduire. Nous tenons à ce qu’ils sachent qu’il est tout aussi dangereux de conduire avec les facultés affaiblies que de prendre place dans un véhicule opéré par un chauffard aux facultés affaiblies. Il s’agit d’une période critique dans la vie des jeunes ; ils sont à un âge où ils sont plus facilement influençables, impressionnables et vulnérables au même moment où ils veulent être plus indépendants. Notre programme est conçu pour guider les jeunes et les équiper pour faire des choix éclairés et responsables avant d’arriver au deuxième cycle du secondaire.

Les faits

(Rapport pancanadien sur la consommation d’alcool et de drogues des élèves, Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies, 2011)

  • Au Canada, les collisions de la route sont la principale cause de décès chez les jeunes.
  • 25,7 % à 37,5 % des élèves de l’Alberta, du Manitoba et de l’Ontario ont déclaré avoir pris place dans un véhicule conduit par une personne qui avait « bu ». Dans les provinces de l’Atlantique, 16,9 % à 19,8 % des élèves ont déclaré avoir pris place dans un véhicule conduit par une personne qui avait « trop bu »
  • L’on note une augmentation considérable de la prévalence de consommation d’alcool et de cannabis entre la 7e et la 12e année. Par exemple, selon la province, 3 % à 8 % des jeunes de la 7e année ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours de la dernière année, par rapport à 30 % à 53 % des jeunes de la 12e année. La plus forte augmentation se situe entre la 8e et la 9e année.
  • Il y a très peu de différences de consommation d’alcool ou de cannabis selon le sexe. Toutefois, un plus grand nombre de garçons que de filles ont déclaré avoir consommé de l’alcool et du cannabis avant de conduire.

Cliquez ici pour consulter la ventilation provinciale des statistiques (PDF).